Shakira ‘ Grandes Exitos

Tout le monde connaît Madonna, et aujourd’hui tout le monde lui a trouvé une remplaçante, telle une nouvelle Madonna, en Lady Gaga. Mais cette histoire de « fame » n’a jamais semblé intéresser la chanteuse colombienne.
En effet, Shakira a commencé par n’être qu’une chanteuse à succès dans son pays natal, puis en Amérique latine. D’où ce Grandes Exitos tout en espagnol, sorte de testament sans le dire avec sa carrière de chanteuse latine, avant de devenir l’icône internationale, donc anglo-saxonne (!) que l’on sait, au point d’en être représentée en façade du Hard Rock café, par exemple à Londres. Un comble !
Indépendamment de toutes ses informations qui ne desservent pas l’artiste, il faut savoir que, au contraire de Juanes qui est considéré un Dieu en Colombie, Shakira n’a pas (ou plus) cette même considération, puisque vue comme une sorte de traîtresse. Cela, alors même qu’elle n’a jamais délaissé l’espagnol dans ses disques depuis Servicio De Lavandería/Laundry Service (selon que le disque est vendu dans un pays hispanophones ou non).
Ce greatest hits, ou Grandes Exitos, vous permettra d’entendre des titres tous publiés avant son premier album international dans lequel le tube « Whenever wherever » était connu de tous, notamment nous en France, dans sa version anglaise. Ici, c’est « Suerte », ou sa version espagnole que vous découvrirez.
Tous ces titres, quinze au total, sont sorti entre 1995 (elle avait alors dix-huit ans) et 2001, le premier d’entre eux ayant été « Dónde estás corazón ? », suivi de « Estoy aquí », qui ouvre la compilation de fort belle manière.
« Ciega, sordomuda », single de 1998, intègre une trompette mariachi presque festive qui choque avec le refrain accusatoire : « Bruta, ciega, sordomuda, torpe, triste, testaruda ».
« Dónde están los ladrones ? », dans sa version unplugged, relate d’une expérience toute personnelle, suite au vol de son sac dans lequel se trouvaient des brouillons de texte à l’aéroport de Bogotá.
« Ojos así » fut le titre qu’elle interpréta sur scène lors des Latin Grammy Awards de 2000 et lui permit, bien avant son premier album en anglais, de débarquer en Europe, en Asie ou au Moyen Orient. L’année 2000 fut également celle de l’enregistrement de son MTV Unplugged à Miami, ville où elle a presque toujours travaillé pour ses albums studios.
D’ailleurs, elle co-écrit et co-produit et, parfois, s’occupe intégralement de tout !
Grandes Exitos est un passage obligé, autant pour ses fans que pour ses détracteurs, car cette compilation retrace le déjà long début de carrière d’une (à l’époque) jeune artiste qui est devenu beaucoup plus commercial que son talent ne l’aurait permis, si son physique ne l’avait pas aidée.
Passez donc outre tous vos a priori, et délectez-vous de cette auteure-compositrice-intérprète inégalable. Et, depuis le temps, mettez-vous à l’espagnol !

(in heepro.wordpress.com, le 05/07/2011)

Publicités
Comments
4 Responses to “Shakira ‘ Grandes Exitos”
  1. J’adore ce site, j’y vais tous les jours

  2. baboulinet dit :

    alors concernant shakira, je lui en veux beaucoup à cette dernière, etant donnée que je la connaissais bien avant qu’elle se teint les cheveux en blonde et son hit whenever wherever. Que dire à part, que c’est devenu de la bonne soupe musical qu’on aime écouter sur nrj. La qualité s’est vue diminuée à mesure que le succès ne faisait qu’augmenter. On avait observé un léger sursaut d’orgueil lors de l’écoute de l’album Fijacion album (vol1. et oui, l’espagnol j’aime beaucoup) mais bon elle nous refait toujours le coups des « fillers » dans quasimenent chacun de ses albums (et oui pour le oral fixation vol2, autant prendre les chansons du vol1 pour les traduire en anglais,…, pourquoi se fatiguer plus que ça, elle qui se targuait d’avoir ecrit plus de 60 chansons pour ce double album concept). L’album shewolf, bien qu’ayant fait un bide, avait mis en avant sa prise de risque musicale. Et là, sacrilère sur le dernier album, sale el sol, elle se casse plus la tête: hop que je pompe waka waka sur un groupe camerounais, puis que j’ajoute 3 reprises à cet album (rabiosa, loca, addicted to you, toutes les 3 proviennent du rappeur El cata) au passage j’en fais 2 versions (spanish & english, et oui c’est toujours ça de gagné). J’allais oublier de mettre la reprise des XX, islands, plus tous les remix de waka waka (et oui remplissons, remplissons, cet album que j’ai du mal à remplir seule).
    Mais bon le pire, c’est quant elle a le culot de se vanter d’être une vraie auteur compositeur,…, l’ancienne shakira pouvait se le permettre, elle, contrairement à la blondasse.

    • heepro dit :

      Exactement !
      Voilà pourquoi j’ai quand même voulu parler d’elle : il y a un avant et un après. De même qu’en espagnol ou en anglais, il y a toujours une différence de qualité. Sans aller jusqu’à la renier, si elle n’avait pas fait ce début de carrière, je ne me serais même pas intéressé à elle.
      D’ailleurs, c’est pour ça qu’en Colombie elle l’est, reniée. Tout l’inverse de Juanes.
      Au plaisir de lire d’autres commentaires de ta part !
      ; )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :