Boards Of Canada ‘ Music Has The Right To Children

1998 est une très grande année dans la musique moderne. Le premier album du duo écossais Boards Of Canada fait même partie des meilleures productions de toute la décennie, et demeure l’un des piliers de la musique électronique, au même titre que ses confrères de chez Warp, Autechre et Aphex Twin.
Régulièrement présent dans les classements, Music Has The Right To Children est une pierre angulaire de notre époque, mais demande de très gros efforts lors des écoutes de découverte de la musique de Marcus Eoin et Michael Sandison.
En effet, dans sa version initiale, les dix-sept titres semblent indigestes (l’ajout en 2004 d’un dix-huitième morceau tiré des Peel Sessions ne sera pas une aide), de par l’homogénéité créée par les Boards Of Canada. Et puis, aussi, le fait que morceaux courts et morceaux plus longs s’enchaînent, pêle-mêle, gênant le confort des premières écoutes puisque les différentes ambiances n’ont pas toutes le temps de s’imposer.
Ainsi, « An eagle in your mind », « Telephasic workshop », « Roygbiv », « Aquarius », « Pete standing alone » et « Open the light » sont clairement des moments-clé de Music Has The Right To Children. Le morceau le plus emblématique étant assurément « Aquarius », lequel était sorti en édition vinyl limitée juste avant la sortie du LP : si ce titre ne vous touche pas, passez tout de suite votre chemin, la musique de Boards Of Canada n’est résolument pas faite pour vous. À l’inverse, vous aurez alors trouvé la porte d’entrée à ce duo culte qui n’a à ce jour sorti qu’une poignée de EPs pour seulement trois albums, le dernier datant déjà de 2005.
La pochette, culte elle aussi, est également l’œuvre des deux compères. Une image qui semble être prise dans les années 70, mais les tonalités et le travail d’effacement des visages sont eux d’une autre époque. Boards Of Canada est un groupe hors du temps, et pourtant tellement significatif et représentatif de leur décennie, et si vous ne le découvrez qu’aujourd’hui, vous n’aurez malgré tout à aucun moment l’impression de retourner en arrière, mais bel et bien d’aller de l’avant.
Culte, indispensable et intemporel.

(in heepro.wordpress.com, le 06/02/2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :