Burial ‘ Kindred

S’il est vrai que l’on serait en droit de s’impatienter, Burial ménage malgré tout ceux qui sont tombés amoureux de sa musique après l’un ou l’autre de ses deux albums. En effet, il sort assez régulièrement des EPs, que ce soit seul ou accompagné de Four Tet, Thom Yorke, ou encore en remixant Massive Attack. Des disques de deux, trois ou quatre titres, disponibles en version digitale et vinyle uniquement.
Ici, nous sommes dans ce même cadre : un EP de trois titres, déjà disponible en ligne sur le site de HyperDub, et très prochainement en vinyle.
La première face, « Kindred », qui donne son titre à l’ensemble, est de suite du Burial classique, très éthéré au début, pour ne pas dire vaporeux, puis les rythmes si spécifiques de sa musique apparaissent, accompagnés de cette voix (tantôt masculine, tantôt féminine). Impossible de ne pas craquer. Il faut comprendre : tomber sous le charme de cet univers tellement particulier, tout en étant encore plus déroutant encore. Une impression de promenade la nuit tombée, dans des ruelles sombres, la pluie tombant en de fines gouttes.
La seconde face accélère un peu le rythme avec « Loner », un morceau qui pourrait bien être joué en club (à l’inverse de la majorité des productions de l’Anglais). Puis « Ashtray wasp » nous offre le répit forcément attendu, puisque Burial est maître des tempos ralentis, mais le souffle reste assez haletant. Pour le répit, il faudra retourner sur la face A.
À ce niveau-là, je me demande encore comment je n’ai pas pu fondre dès l’écoute de ses albums, qu’il faut absolument que je retourne écouter pour vérifier tout ça. En attendant, l’EP Kindred est d’un tel niveau que deux choses sont sures, même si elles se contredisent : le troisième album se fait de plus en plus attendre et, malgré tout, de tels amuse-bouches ressemblent non pas à des hors-d’œuvre mais bel et bien à des tapas, qui suffisent à un repas savamment composé. Alors, doit-on espérer plutôt le prochain EP ou l’album ? Perso, je m’en moque, du moment qu’une suite arrive. Mais laissez-moi d’abord me régaler de ces quelques galettes…
Quoi qu’il en soit, cette question se pose : comment Burial est-il capable de créer autant de musique avec si peu de variations ? Une réponse : profitons de ce surdoué maintenant, on aura tout le temps de s’attacher aux futilités plus tard.

(in heepro.wordpress.com, le 14/02/2012)

_______

Voir aussi :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :