Pulp ‘ Different Class

L’un des meilleurs groupe de tous les temps, l’un des meilleurs albums de tous les temps, l’un des meilleurs singles de tous les temps, voilà ce que l’on peut lire, entendre, dire depuis 1995, année de sortie du cinquième album de Pulp.
Un an plus tôt, le début de la tempête « born in Sheffield », avec His’N’Hers, laissait présager un avenir fabuleux. Mais assurément pas autant qu’il le deviendra. Car Different Class fait partie de ces classiques, tel un Nevermind pour reprendre un exemple contextuel (à tel point que This Is Hardcore sera, lui aussi, comparé à In Utero, tant son lien fraternel-fratricide est évident).
Les chefs-d’œuvre ne s’écrivent pas, ne se composent pas, ils le deviennent sans que cela ne soit jamais rationnel. Cependant, les raisons d’un tel ouragan commercial et critique existent bel et bien, et sont-elles tout à fait rationnelles, car humaines.
Pulp est l’exemple même du groupe qui a les pieds sur terre, d’autant que le succès ne doit rien au hasard, ni même à un brusque changement. Le groupe a été fondé en 1978, le premier disque est sorti en 1981 : Pulp n’est pas un nouveau groupe du tout quand la grâce divine vient les caresser.
Plein de moments annonciateurs existait déjà dans la carrière du quintet de Sheffield, notamment le point d’orgue que deviendra His ’N’ Hers qui n’a pourtant rien à envier à son successeur.
Different Class a pour lui d’être arriver au bon moment, dans le bon contexte, d’avoir été parfaitement introduit par les singles de l’album précédent, de passer entre les mains de ceux qui s’arrachaient soit Blur soit Oasis. Combien de fois la « Britpop » s’est-elle vue réduite à ce combat de boxe imaginaire entre les Londoniens et les Mancuniens, alors qu’eux-mêmes ne faisaient rien d’autres que de suivre des chemins parallèles. Comme Radiohead, mais d’une façon totalement différente certes, Pulp ne cherchera jamais la popularité, ne laissera aucun présages les atteindre ou les guider.
Le prophète que représentait alors Jarvis Cocker n’est pas étranger à tout ce cirque : car il est sans l’ombre d’un doute l’un des plus belles plumes de toute la musique du XXème, un Serge Gainsbourg puissance mille, en version Oscar Wilde donc anglo-saxonne. Quant à la musique, l’osmose et la production sont tellement parfaites qu’il en devient alors difficile de pardonner aux autres artistes de ne pas savoir en faire autant.
Avec tous ces qualificatifs tellement laudatifs, difficile de ne pas croire en ma subjectivité : pourtant, il m’aura fallu attendre 2006 pour écouter un album de Pulp, en l’occurrence Different Class et This Is Hardcore. Et ce ne sera que petit à petit que je comprendrai. Mon retard, mon erreur d’interprétation quand je voyais les clips de « Disco 2000 » ou « Common people » en me disant « ouais, c’est pas mal mais… ». Seul le clip de « This is hardcore » demeurait un souvenir teinté de mélancolie.
Aujourd’hui, je ne comprends toujours pas comment j’avais pu passer à côté de Pulp. L’erreur est réparée, et je me place dorénavant du côté de ceux qui hurlent aux oreilles encore chaste de faire le même effort que moi, pour en juger.
Pulp est un groupe de la trempe de Depeche Mode, des Beatles, de Pink Floyd. Mon seul regret : les avoir découvert cinq ans après leur dernier album. Car, même s’ils se sont reformés depuis 2011 pour une série de concerts et festivals, ce n’est plus que le Pulp des années 90 qui survit. J’aurais aimé vivre le groupe pendant ses années d’activité.
Bien sûr, comme moi, tant d’éloges à côté de l’imagerie kitsch des pochettes ou des clips (par la suite, cela changera de façon radicale, pour ne pas dire virulente) vous empêcheront peut-être d’avoir envie de découvrir ce groupe tout simplement merveilleux. Et vous vous tromperez. Mais pendant combien de temps encore ?

(in heepro.wordpress.com, le 24/04/2012)

_______

Voir aussi :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :