Burial ‘ Street Halo + Kindred

Rien de nouveau pour les fans de l’Anglais qui ont forcément déjà eu le plaisir d’écouter les trois titres de l’EP Street Halo depuis sa sortie l’an passé et les trois de l’EP Kindred qui était sorti plus récemment, en ce début d’année.
La nouveauté et, par conséquent, l’intérêt de cette sortie sont que HyperDub nous offre ainsi la possibilité d’écouter les 2 EPs sur CD (ils n’étaient jusqu’ici disponibles qu’en format mp3 ou vinyles), en plus du fait de les réunir de façon chronologique.
D’autant plus qu’initialement, seul le marché japonais était concerné : comme souvent, je ne comprend pas les différences faites d’un continent à l’autre, pire parfois, d’un pays à un autre alors même qu’ils sont voisins (titres bonus inclus ou non voire différents, édition spéciale, collector, visuel différent, etc.). Peu importe, merci au Japon de nous permettre de nous délecter de ces six titres qui s’enchaînent à merveille.
Titres-clés : évidemment, les morceaux éponymes, respectivement en première et quatrième positions, bien que leurs penchants respectifs (« NYC » et « Stolen dog » pour le premier, « Loner » et « Ashtray wasp » pour le second) soient de belles poursuites avec des nuances superbes : downtempo, ou inversement beats accélérés, sons brumeux, éthérés, glacés, ruisselants, voix légère, douce, tantôt masculine tantôt féminine, parfois indistincte mais toujours rocailleuse, etc. L’univers reste toujours aussi londonien, et j’imaginerais presque les aventures de Holmes et Watson se dérouler sur fond « burialesque ». Mais je vais prendre le risque de ne retenir qu’un seul titre, et sans hésiter ça ne peut être que « Ashtray wasp » qui, en plus de tout ce que j’ai déjà pu dire sur Burial, ici ou ailleurs, possède une émotion frissonnante. Ce dernier titre oblige à lui seul à remettre le CD une deuxième fois de suite !
Achat très rentable, et de quoi refaire parler de celui dont beaucoup attendent le troisième album, cet import est tout simplement indispensable !
Burial ne se cache pas : il reste visible dans son obscurité tellement confortable, et le noir ne pouvait être que le seul choix pour habiller cette compilation qui terminera dans si peu de mains mais heureusement davantage d’oreilles tout de même.
Si c’était un album, ce serait assurément l’une des plus grosses tueries de 2012. Ce n’en est pas un, mais ça n’en demeurera pas moins l’une des plus grosses tueries de 2012. Got it ?

(in heepro.wordpress.com, le 07/06/2012)

_______

Voir aussi :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :