Stromae ‘ Papaoutai

Stromae {Papaoutai}La télé. Retour d’une émission partie en vacances pour deux mois. Premier invité musical. Stromae. « Papaoutai ». Une claque énorme. Quel charisme !
Je suis forcément de ceux qui entendirent son tube « Alors on danse », qui dépassa les frontières de sa Belgique natale bien sûr, mais de la France aussi, malgré qu’il ne chante pas en anglais. C’était en 2009. Un style propre, personnel, particulier. Intrigant. Son utilisation de l’électronique, sa couleur de peau aussi, me font un peu facilement penser à Tricky. Le côté malsain en moins. Mais avec le même aspect revêche pourtant.
Bref, c’est juste l’histoire d’un tube, que je n’aborderai pas, en tout cas pas ici. Car, quatre ans plus tard, me voici de nouveau face à la bête : de scène déjà, car Stromae évacue (plus qu’il ne dégage) une présence monstrueuse. Évidemment, sa tenue aide un peu, beaucoup. Un dandy qui débarque, ça fait toujours du bien, n’est-ce pas Jarvis Cocker ? Surtout, son utilisation de la scène est ébouriffante, prenant aux tripes. Qui est ce gamin habillé comme lui, qui ne bouge pas, ni ne cligne des yeux ? Et ces deux autres paires (pères?) également constituées d’un grand et un petit, d’une grande et une petite ? Pour la réponse, on écoutera les paroles. Enfin, inutile de préciser qu’il faut les écouter, tant Stromae nous touche, tel un fouet, en plein cœur, de ses paroles qui le font être comparé à son compatriote Jacques Brel, essentiellement parce qu’ils partagent le même pays d’origine et la même langue d’écriture. Et le succès, déjà international. En Europe, mais aussi aux Etats-Unis, grâce à un remix de « Alors on danse » avec Kanye West.
« Papaoutai » est bouleversant, de par sa thématique, tellement intime qu’on est très vite soulagé que le titre ne soit pas « Papa, où t’es ? », lequel aurait été trop déchirant. Une certaine distance est ainsi gardée. Et puis, avec « Papaoutai », les origines africaines de Stromae, par son père disparu au Rwanda, sa mère étant elle belge, reçoivent un bel hommage. Cela se confirmera sur l’album, Racine Carrée, où la capverdienne Cesaria Evora est l’objet d’un titre qui lui est dédié.
Je vais, de ce pas, écouter tout le reste de l’album. On verra après pour le premier, Cheese.

(in heepro.wordpress.com, le 28/08/2013)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :