Nine Inch Nails ‘ Hesitation Marks

Nine Inch Nails {Hesitation Marks}Après quelques hors-d’œuvre parfaitement ciselés, enfin l’album du retour de l’un des projets les plus acclamés ce dernier quart de siècle. Le projet d’un homme, Trent Reznor, qui ne vieillit pas, tel un robot immortel.
Cinq ans d’absence, c’est long. Même entrecoupé de sorties diverse et variées, en duo ou en tant que producteur. Les attentes sont forcément importantes, d’autant qu’il y eut pas mal de déçus en 2008, à cause de Ghosts ou de The Slip, voire à cause des deux.
Je ne suis pas un fan de Nine Inch Nails. J’avais beaucoup aimé The Fragile, puis l’avais vite oublié. Puis, mes tentatives répétées (et forcées) d’aimer à son tout The Downward Spiral échouèrent toutes les unes après les autres. Plus tard, ce sera avec The Slip que je me laisserai enfin envahir par l’univers de Reznor. Mais pas de fanatisme à l’horizon pour autant. Enfin, le premier album, Pretty Hate Machine, me fit l’effet escompté. L’on peut désormais me compter parmi les admirateurs de Reznor.
En septembre 2013, un nouvel album de NIN n’est pourtant pas spécialement un événement. Seul un public d’initiés sera intéressé par Hesitation Marks.
Après le morceau d’ouverture, « Copy of a » puis « Came back haunted » nous rappellent les écoutes de cet été, et c’est le premier des deux qui vaut clairement le détour. Plus loin, le troisième extrait sorti entre les deux, « Everything », continue de façon indélébile de me faire penser à Foo Fighters.
« Find my way » reflète avec évidence les musiques pour film que Reznor avaient composées avec son pote anglais Atticus Ross pendant le hiatus de NIN. « All time low » est plus relevé. « Disappointed » est quant à lui plus énergique, avec sa composition pleinement électronique, de même que « Satellite ». Ce dernier morceau nous donnerait presque l’impression que certains détails sonores sortent tout droit d’un autre film avec un certain 007. En effet, les ambiances de film ne sont vraiment pas loin sur Hesitation Marks, notamment ici.
« Various methods of escape » mixe parfaitement les sons électroniques et les guitares rock, et l’indus des débuts n’est plus si loin.
Ainsi continue l’album, entre souvenirs du passé et nouvelle approche due autant à l’âge avançant (cette fameuse maturité) qu’à la multiplicité des projets, dont le foudroyant succès suite à la participation à l’œuvre filmique The Social Network.
Cela se laisse deviner, il y aura des fans déçus, mais aussi des fans rassurés : je ne suis pas un fan, mais comptez-moi néanmoins du côté des rassurés. En effet, Reznor sort un album parfait après cinq années de break, et l’essentiel est assuré, il compose toujours à merveille.
Malgré tout, The Slip m’avait beaucoup plus bouleversé que Hesitation Marks à ce jour. Je vais donc laisser le temps me permettre de mieux le cerner. Quant à vous, laissez tomber les versions deluxe, elles n’apportent rien avec en bonus trois remixes, à moins que vous n’appréciez les (très) beaux objets à collectionner.





(in heepro.wordpress.com, le 09/10/2013)

_______

Voir aussi :

Nine Inch Nails {Copy Of A} Nine Inch Nails {Everything}

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :