Martin Gore so far : 1989-2012

À l’instar de son comparse Dave Gahan, mais pour une autre raison, Martin Gore a depuis longtemps ouvert la porte à une éventuelle carrière solo. Certes, toujours en parallèle de son groupe, qui demeure le point de mire de son écriture et sa composition. Bien sûr, le fait que Dave Gahan ait pu, enfin, participer aussi, à sa manière, aux derniers succès de Depeche Mode, ne doit pas être étranger à cette envie plus prononcée encore, ces dernières années, de sortir des disques en dehors de ceux du groupe mythique. Sans oublier le fait qu’Alan Wilder, lui aussi, a commencé à développer son projet parallèle, qui deviendra son projet principal quand il quittera Depeche Mode, sous le nom de Recoil.

Cette année, ce qui sera le tout premier véritable album solo de Martin Gore. Il sera vraisemblablement entièrement instrumentale et s’intitulera assez sobrement MG, étant par la même occasion publié sous le pseudo éponyme de MG, pseudo dont la résonance doit de toute évidence se faire avec le projet tout récent avec un autre comparse, celui des débuts, Vince Clarke. Retour sur une très courte carrière solo, pour un artiste qui a, inversement, cumulé une très, très longue discographie de songwriter avec l’un des plus grands groupes du monde sur, déjà, quatre décennies.

_

Martin L. Gore {Counterfeit e.p}Alors que le groupe allait publier, un an plus tard, l’un de ses disques-clés, Martin Gore ouvrait une petite fenêtre dans sa carrière solo avec un mini album, Counterfeit e.p, dont le titre annonçait de loin les ambitions, à savoir : reprendre des titres d’autres artistes ou groupes adulés par Martin Gore. Attention, à ce propos, son nom plus complet, comme pour le premier album en 2003, se voit écrit avec l’initiale de son second prénom Lee. Officiellement, donc, il s’agit plus exactement du premier disque de Martin L. Gore. En six titres pour vingt-quatre minutes de durée, c’est un bien joli disque, qui, malgré une certaine reconnaissance et pas seulement des fans de Depeche Mode, ne sera qu’une légère parenthèse dans sa carrière. En attendant le troisième millénaire pour la rouvrir.

_

Martin L. Gore {Counterfeit²}Alors que Dave Gahan s’apprête à sortir son tout premier album solo, Martin Gore en profite pour faire de même. Il poursuit en fait sur la lancée de son EP qui remonte déjà à quatorze ans en arrière, d’où le titre tout à fait logique de Counterfeit². Il ne s’agit pas d’une suite, ni d’un bis repetita, mais bien d’un projet initial, amplifié : un album complet de reprises, toujours de titres qu’il affectionne particulièrement. Cette fois-ci, les noms des artistes ou groupes repris sont bien plus reconnus : Bob Dylan, Nick Cave, Brian Eno, John Lennon et Yoko Ono, Nico, David Bowie et Iggy Pop ou encore le Velvet Underground de Lou Reed. En onze titres, et quarante-sept minutes de durée, c’est encore une fois un album personnel, bien que composé entièrement de reprises. À l’image des portraits dont celui de la pochette.

_

VCMG {Ssss}Encore une fois, l’année 2012 sera une année pendant laquelle Dave Gahan sera en train de travailler sur un projet, une collaboration avec le duo Soulsavers. Pendant ce temps, Martin Gore en profite pour renouer des contacts avec Vince Clarke, le premier songwriter de Depeche Mode, qui n’aura été membre que le temps d’un album, l’emblématique Speak & Spell. Et cette fois, Martin Gore, tout comme Vince Clarke, ont travaillé eux-mêmes les morceaux, dix instrumentaux issus d’une collaboration à distance, mais finalement plutôt fructueuse. Et, surtout, réussie. Ils auront alors l’idée de publier cet album, Ssss, sous le pseudo ou plutôt acronyme VCMG, selon leurs initiales respectives. Un album qui n’a absolument rien à voir avec ses deux précédentes productions Counterfeit. Le son est totalement électronique, très berlinois même. Sans rien révolutionner, le résultat fonctionne, avec une sonorité tout à fait année 2010’s.

_

Il n’est donc pas incroyable que, cette année, Martin Gore ressorte de sa tanière. Un véritable album solo, qu’il assume seul. MGxMG. Hâte d’entendre ça. Bien sûr, pendant ce temps, Dave Gahan serait en train de travailler à une suite de The Light The Dead See, l’album de Soulsavers sorti en 2012. On comprend alors toute la complexité au moment de caractériser la musique de Depeche Mode : pop ? électronique ? rock ? Tout à la fois…

Au fait, connaissez-vous Depeche Mode ?

(in heepro.wordpress.com, le 15/04/2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :