Sound Me ‘ Growing

Sound Me {Growing}Voici le tout premier album de ce trio qui nous vient de Pologne. Originaires de Wroclaw, Aani, chanteuse, Kamil Kumos, ou DJ Mr. K, et Przemyslaw Klisik, trompettiste, évoluent dans un univers 100% trip-hop qui nous fait revivre les années 90 avec un brin de nostalgie mêlée d’une ambiance chaude teintée de d’accents live évidents. Oui, rien que ça.

Pour ma part, le lien le plus évident serait de citer Portishead, pour ce qui est d’avoir une chanteuse unique et l’utilisation (davantage encore que chez le groupe culte anglais) d’éléments propres au hip-hop, à savoir des scratches. Bien sûr, je parle du Portishead des années 90, en particulier peut-être celui du deuxième album, l’éponyme de 1997. Ensuite, je pense inévitablement à d’autres groupes, également des années 90. En particulier Earthling et leur premier album Radar, sorti en 1995, dont la musicalité est assez proche, quand bien même la voix principale est masculine et s’apparente alors plutôt au rap, il ne faudrait pas oublier la chanteuse Moni sur deux titres. Ou encore Archive, première période, celle de Londinium, et la voix très glamour de Roya Arab. De très belles références !

Parce qu’Aani possède une voix chaleureuse, comme on pouvait par exemple en entendre dès l’album souvent cité comme le « premier album trip-hop », un certain Blue Lines. En effet, Massive Attack avait laissé, sur quelques morceaux seulement, le micro à la chanteuse Shara Nelson, dont Aani ma paraît plus proche si l’on considère la voix plus froide ou plus rauque de Beth Gibbons (assurément l’un des éléments-clé chez Portishead).

Par ailleurs au-delà de la voix ou des scratches de DJ Mr. K, il faut absolument mentionner un autre fondement à mon sens de Sound Me, le troisième : la trompette. Car cet instrument est bien typique de la sonorité du groupe, Przemyslaw Klisik se retrouve alors sur le même pied que ses deux compères et amis.

De là naît, comme déjà dit plus haut, cette musique si chaleureuse, intimiste comme s’il s’agissait d’un concert-privé. La production est à ce sujet parfaite, laissant les trois acolytes développer leur partie respective dans une parfaite symbiose.

Au final, Growing, publié cet été sur We Grow Wax, label irlandais spécialisé dans tout ce qui touche de près ou de loin à la musique downtempo, est un album véritablement surprise en cette année 2016. 20 ans après l’apogée du trip-hop, cet hommage est une réussite totale, ne serait-ce que parce qu’il ne cherche jamais à ressembler à ceux qui l’ont, forcément, inspiré et influencé. En toute simplicité, en toute humilité. Un peu comme le fait l’artiste suédois Jay-Jay Johanson, mais en solo et dès lors d’une façon plus personnelle.

Merci Sound Me pour cette fraîcheur aussi plaisante qu’enivrante.

(in heepro.wordpress.com, le 31/08/2016)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :