Gorillaz so far : 2000-2010

Difficile de savoir qui se cache exactement derrière le nom de ce groupe animé. En effet, Gorillaz est bel et bien le tout premier projet, ou groupe pour être exact, à réunir plusieurs personnages fictifs, que l’on retrouve à la fois sur les disques, les vidéos-clips et même carrément lors des concerts. Malgré tout, il y a toujours un nom qui revient, à la fois cerveau et cœur de Gorillaz : celui de Damon Albarn. À ce titre, on ne présente plus l’Anglais, qui depuis toujours n’a cessé de se diversifier (Blur, Gorillaz, Mali Music, The Good, the Bad & the Queen, Rocket Juice & the Moon, DRC Music, Africa Express et des musiques originales pour le cinéma, le théâtre ou l’opéra dont Monkey : Journey To The West). Bien sûr, il ne faut pas oublier le travail monumental du dessinateur et donc co-créateur du groupe : Jamie Hewlett.

_

gorillaz-gorillazEn 2000 était publié ce qui était prévu à l’époque comme le seul et unique album d’un projet, l’éponyme Gorillaz. Aujourd’hui, nous savons qu’il ne sera que le premier d’une série, tant il fut un succès critique et commercial immense, au point que même les membres en furent surpris.

Si le tube imparable fut le parfaitement intitulé « Clint Eastwood », je dois avouer que de mon côté mon cœur penche davantage encore pour la sublime collaboration avec le légendaire Ibrahim Ferrer, chanteur cubain devenu célèbre à travers le monde suite au film de Wim Wenders sur le Buena Vista Social Club. « Latin Simone (¿Qué Pasa Contigo?) » n’a en effet rien à envier aux autres morceaux, qui sont eux interprétés en anglais.

À noter les autres participations ou collaborations du producteur américain Dan the Automator, du rappeur américain Del the Funky Homosapien, la chanteuse-compositrice et musicienne japonaise Miho Nahatori, le DJ et musicien canadien Kid Koala ainsi que la chanteuse canadienne Tina Weymouth (du groupe Talking Heads).

_

gorillaz-demon-daysDemon Days arrivera cinq ans après le premier album de Gorillaz et, fort du succès mondial de celui-ci, Damon Albarn et Jamis Hewlett ont cette fois-ci pousser le vice encore plus loin en ce qui concerne le nombre de collaborations et participations. La liste est, ainsi, longue : le rappeur américain Bootie Brown (des Pharcydes), le batteur anglais Cass Browne, la chanteuse suédoise Neneh Cherry, le producteur américain Danger Mouse, le groupe de rap américain De La Soul, l’acteur américain Dennis Hopper, le vocaliste anglais MF Doom, le bassiste anglais Morgan Nicholls, le rappeur anglais Roots Manuva, le chanteur anglais Shaun Ryder (des Happy Mondays), le guitariste-claviériste Simon Tong (de The Verve), la chanteuse anglaise Martina Topley-Bird et le pianiste américain Ike Turner. Oui, rien que ça !

Avec tant d’invités, de si divers horizons (et époques), on aurait été en droit de s’attendre à un résultat partant dans tous les sens. Mais ce serait oublier le talent de chef d’orchestre de Damon Albarn, et, au final, Demon Days tourne parfaitement de bout en bout car rien n’est surfait, chaque chose a été pensée et donc ajoutée à dessein. Musicalement, on s’amuse au moins autant que sur le premier album.

_

gorillaz-plastic-beachÉvidemment, quand Plastic Beach sort en 2010, il fait tout sauf déroger à la règle de ses prédécesseurs. Ainsi, y ont participé : Snoop Doog, Gruff Rhys, De La Soul, Bobby Womack, Mos Def, Lou Reed, Mick Jones, Mark E. Smith, Paul Simonon, Bashy, Kano, Little Dragon et l’Hypnotic Brass Ensemble. Pffiou !

Musicalement, le style Gorillaz continue à détonner, autant que visuellement : l’acteur Bruce Willis s’en est d’ailleurs donné à cœur-joie pour le clip de « Stylo ».

En 2010, Damon Albarn est toujours au sommet de son art, quel que soit le projet auquel il se consacre, en particulier avec ce groupe animé.

_

Gorillaz {The Fall}Ainsi, fort de trois albums studios, quatre si l’on ajoute The Fall sorti en 2011 et composé presque intégralement par Albarn sur un iPad pendant la tournée nord-américaine de Gorillaz pendant l’automne 2010, toujours avec quelques featuring bien sûr, on comprendra pourquoi la marque Converse choisira de faire collaborer les Anglais avec les Américains André 3000 (Outkast) et James Murphy (LCD Sounsystem) pour un « DoYaThing » exceptionnel qui délire littéralement pendant près de 7 minutes !

Depuis, Damon Albarn a sorti son tout premier album studio solo (Everyday Robots, 2014). Ensuite, il a aussi et surtout renoué avec ses premières amours : Blur est ainsi revenu sur scène et sur disque (The Magic Whip, publié en 2015). L’automne dernier, Gorillaz a commencé à faire parler d’eux sur les réseaux sociaux, avec dernièrement un mix d’une petite demi-heure publiée sur SoundCloud et intitulée très judicieusement Kickass Women, incluant entre autres Fatima Al Qadiri et Grimes.

Une chose est certaine, le prochain Gorrilaz détonnera une nouvelle fois à n’en pas douter. Reste à savoir qui fera partie de la liste des invités de ce nouveau cru, en sachant qu’absolument tout est possible. Tiens, je prends le pari : Clint Eastwood ?!

_

(in heepro.wordpress.com, le 12/01/2017)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :