Jenny Hval ‘ The Long Sleep

Jenny Hval {The Long Sleep}Jenny Hval est une artiste dont j’entends parler depuis quelques années maintenant. Personnellement, j’ai énormément aimé ses collaborations avec Kelly Lee Owens et Lindstrøm sur les albums respectifs de la Galloise et du Norvégien en 2017. À chaque fois, sa voix apporte un mélange de discrétion et de chaleur qui nous touche pleinement.

Autrement, il faut remonter à son album Blood Bitch, sorti sur Sacred Bones, pour que j’apprivoise l’univers tellement singulier de la Norvégienne, en particulier avec le magnifique titre « Conceptual romance ».

« Spells » ouvre magnifiquement l’EP avec la superbe voix de Jenny, la musique étant aussi électronique que jazz, ceci grâce à la percussion de Kyrre Laastad, au piano d’Anja Lauvdal, au saxophone d’Espen Reinertsen et à la trompette d’Eivind Lønning.

Le principe de composition de The Long Sleep est de reprendre les mêmes motifs tout en les manipulant pour obtenir des formes de plus en plus éloignées de l’original : en somme, les laisser vivre et s’exprimer eux-mêmes. Aussi « The dreamer is everyone in her dream » ressemble-t-elle autant à « Spells » qu’elle ne s’en éloigne.

Une véritable odyssée donc, comme l’illustre la splendide illustration onirique, qui se révèle lors de l’épique et contemplatif éponyme « The long sleep », chanson qui paraît totalement perdue dans les méandres des deux chansons qui l’ont précédée.

Voici ce que nous dit Jenny sur le final « I want to tell you something » :

« What am I doing here? Am I communicating? Am I promoting?

I just want to tell you something.

There should be something I could tell you, there should be something I could do to reach you directly, but there is nothing useful in the way we define “you”, or “me”. There should be something I could tell you, there should be something I could say directly without lyrics and melody.

Maybe that’s what I’m trying here. Something else than lyrics or melody. It’s not the words. It’s not in the rhythm. It’s not in the streaming. It’s not in the “message”. It’s not in the product. It’s not in the algorithms. It’s not something you decided. It’s not something they decided for you.

I want to tell you something. I just want to say: Thank you. I love you. »

Notez que c’est le second EP cette année pour Jenny Hval, le premier étant une collaboration sortie en février sous le nom de Lost Girls, et, surtout, elle s’apprête à publier son premier roman Paradise Rot, en octobre prochain.

(in heepro.wordpress.com, le 24/05/2018)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :