Two Fingers ‘ Stunt Rhythms

Le second album de Two Fingers, à l’origine un duo entre Amon Tobin et Doubleclick mais désormais un projet solo du Brésilien sans savoir pour quelles raisons, propose plus ou moins la même recette que le premier sorti en 2009, l’éponyme Two Fingers, qui a mon goût péchait par ambitions démesurées ; pour cette raison, probablement, le duo avait réalisé quelques mots plus tard seulement une version uniquement instrumentale de ce même premier album, logiquement intitulé Instrumentals.
J’avoue avoir passé mon tour sur le premier, pas sur sa version dépourvue de voix. Aujourd’hui, il est grandement possible que je flashe sur Stunt Rhythms qui est beaucoup plus proche d’Instrumentals, c’est-à-dire plus direct, malgré sa durée forcément déconcertante de prime abord.
En effet, Amon Tobin continue, seul, de s’en donner à cœur joie, et je dirai même que cette fois-ci la noirceur du premier effort, laquelle dut être le résultat d’un trop grand professionnalisme dans le travail des deux producteurs, a laissé place à un véritable plaisir de partir dans d’autres directions.
Le noir de la pochette de Two Fingers fait ainsi place au bleu et jaune de Stunt Rhythms. Le ciel est donc tout à fait lumineux. Le terme « stunt » renvoie assurément aux rythmes qui partent dans tous les sens, aux prises de risques multiples mais toujours contrôlées et avec un but artistique également toujours prévu : malgré les chocs apparents, rien n’est laissé au hasard.
La première difficulté dans la musique de Two Fingers réside, même pour les fans d’Amon Tobin, dans la complexité et la tonalité de son son, cumulée à la courte durée des morceaux (trois minutes environ) et leur nombre, 21 (!).
L’album y gagnerait sans doute en synthétisant les idées des deux artistes, et en les développant sur des morceaux plus longs. Néanmoins, cela permet à l’ensemble de garder en fraîcheur et spontanéité.
De plus, seuls quatre titres sont accompagnés de voix, cela à partir du quatorzième titre, soit lors du dernier tiers de l’album. Comme si elles avaient été reléguées au second plan, alors même que sur Two Fingers le projet semblait clairement voué à accompagner de rappeurs ou MCs. Pourtant, son pendant instrumental était bien plus percutant donc bien plus pertinent.
À noter que vous pouvez télécharger librement un mix de vingt-deux minutes de musique de Two Fingers tiré des concerts d’Amon Tobin pour sa tournée mondiale ISAM Live, lequel n’arrêtera décidément pas de donner de la musique plus pour faire plaisir aux fans que pour se faire de la promo, même si c’en est forcément !
Amon Tobin poursuit sa carrière, depuis toujours selon son envie, soutenu par une maison de disques, Ninja Tune (ou son label hip-hop Big Dada pour les sorties de Two Fingers), qui n’hésite pas à tout lui accorder. L’art pour l’art, et non pour les thunes, ça fait vraiment du bien et c’est quand même rare, ou en tout cas la minorité de ce que l’on entend sur Internet.

(in heepro.wordpress.com, le 19/10/2012)

_______

Voir aussi :

   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :