Neko Case ‘ Hell-On

Neko Case {Hell-On}« There’s no way I could tell you how much I could love you, ’cause I’ve never been so scared of anything, and I’m not even wearing underwear… »

Aussi renommée et appréciée en solo que dans ses divers projets (The New Pornographers en tête, ou alors son trio de 2017 avec Laura Veirs et la Canadienne k.d.lang), l’artiste américaine Neko Case revient avec un nouvel album qu’elle est allée enregistrer à Stockholm.

On le lira partout, mais il est difficile de passer à côté de ce genre d’informations. En effet, au beau milieu de son séjour en Suède, elle a appris que sa maison avait été complètement détruite suite à un incendie. On imagine le traumatisme ! Dès lors, on comprend la photo choisie en couverture de l’album et l’ajout de ces flammes, et surtout ce titre Hell-On… qui figure également comme tatoué sur la gorge de Neko.

Pour autant, s’agissant d’un incendie accidentel, cette dernière ne s’apitoie pas sur son sort, considérant que tellement de gens perdent bien plus. À ce propos, le prophétique « Bad luck » (écrit bien avant l’incendie) démontre ce parallèle évident entre assumer un malheur tout en continuant de chercher son bonheur.Son compatriote Mark Lanegan vient ajouter sa voix sur le doux folk-rock « The curse of the I-5 corridor », qui, au cours de ses sept minutes, se développe de plus en plus langoureusement.

Carl Newman, cofondateur des New Pornographers, a coécrit deux chansons avec Neko Case, en l’occurrence « Gumball blue » et « My uncle’s navy ». La coauteure Laura Veirs aide « Oracle of the maritimes » à imposer – au milieu des cendres – l’amour, tel un conte des frères Grimm (oui, vous savez, ce conte universellement connu où une jeune fille passe d’un monde empli de cendres avant de trouver l’amour grâce à sa foi…), grâce à sa guitare cinglante. Tout simplement magique !

Vous pourrez également entendre la chanteuse Beth Ditto dans les chœurs, les guitaristes Joey Burns (Calexico) et Doug Gillard (Guided By Voices) ou Eric Bachmann sur le duo poignant « Sleep all summer ».

Avec ce nouvel album, Neko Case prouve que tout perdre est aussi le meilleur moyen de simplement découvrir ce que l’on possède vraiment. Il me faudra peut-être un peu de temps pour apprécier chaque chanson, mais pour l’heure je suis déjà fan de « Hell-on » et « Pitch or honey » (les premier et dernier titres) ou encore, comme vous l’aviez compris, « Oracles of the maritimes ».

« Come on, sweet girl, let’s find you an ocean that goes with your eyes… »

(in heepro.wordpress.com, le 04/06/2018)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :