King Creosote & Jon Hopkins ‘ Diamond Mine

King Creosote & Jon Hopkins {Diamond Mine}Petit retour en 2009. Jon Hopkins a commencé à devenir un nom un peu moins ésotérique, grâce en particulier à son album Insides, le premier à sortir chez Domino. Sur celui-ci, de façon très dissimulée, un certain King Creosote faisait déjà quelques essais de voix, sur l’avant-dernier titre « A drifting up ». Plus que sa voix, précisons qu’il s’agissait de simples fredonnements, d’où la difficulté de relever sa présence, présence mentionnée uniquement dans les crédits que (presque) personne ne lit.
Tout cela pour en venir à Diamond Mine, publié en 2011 toujours chez Domino. Cette fois-ci, les deux Britanniques vont totalement partager l’affiche sur ce très petit album de sept morceaux qui est, inversement, grandiose.
L’Écossais Kenny Anderson se cache en fait derrière le pseudo de King Creosote et n’en est pas à son premier album. Mais c’est bien ici, avec son ami anglais, qu’il va créer son œuvre la plus emblématique à ce jour, sa pierre de touche en quelques sortes.
King Creosote chante les paroles qu’il a lui-même écrites, joue de la guitare acoustique et a également lui-même choisi et intégré des sample. De son côté, Jon Hopkins a joué les parties de piano, harmonium et percussions, a composé les parties électroniques et enregistré d’autres samples en field recording (c’est-à-dire, des sons naturels ou humains pris en dehors d’un studio) ; c’est également lui qui a produit et arrangé l’album, comme il avait déjà pu le faire auparavant sur deux albums de l’Écossais, ou pour des artistes tels Coldplay.
Pour un plaisir plus grand encore, sachez que Diamond Mine existe aussi dans une version rallongée judicieusement appelée The Jubilee Edition, cela étant probablement dû au succès critique qu’il a tout de suite rencontré, succès se concrétisant en une nomination au prix Mercury la même année.
Avec ou sans cet appendice fait des morceaux rejetés pour l’album ou relégués en face B de singles, Diamond Mine est un disque plus folk qu’électronique qui fera du bien aux oreilles de presque tous et en parfaite symbiose avec les photographies choisies pour illustrer cet album intimiste.
Dommage que ces deux artistes, en particulier King Creosote, demeurent si confidentiels. Mais si vous tombez sous leur charme, allez aussi écouter leur splendide collaboration « Immunity » qui clôt le dernier album de Jon Hopkins, publié en 2013.

(in heepro.wordpress.com, le 19/05/2016)

_______

Voir aussi :

Jon Hopkins {Immunity}

Jon Hopkins {Asleep Versions}

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :